Qui a dit que la France n’avait pas de pétrole mais seulement des idées ?

La découverte en eaux profondes d’un gisement prometteur au large de la Guyane est un signe d’espoir pour la France, en pleine réflexion sur ses approvisionnements énergétiques. Le puits Zaedyus, situé à quelques 150 km de la côte, confirme ce que nous disons depuis 1990, à savoir que l’offshore guyannais renferme des réserves comparables à celles situées au large de la côte Ouest africaine, dans les eaux du Ghana.

En effet, le champ Jubilee et les autres champs découverts dans l’offshore ghanéen laissaient suggérer que, de l’autre côté de l’Atlantique, là où l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’ouest ne formaient qu’un seul continent avant qu’elles ne dérivent, se trouvaient un cadre géologique similaire et donc des gisements potentiels, eux aussi enfouis profondément. La performance réalisée par Shell, Tullow Oil et Total en eaux profondes (environ 2 000 mètres sous le niveau de la mer, puis 4 000 mètres dans la roche, excusez du peu !) semble montrer en pratique que cette théorie voyait juste.

Cette excellente nouvelle, saluée collectivement par les trois ministres Nathalie Kosciusko-Morizet (Environnement), Eric Besson (Industrie et Energie) et Marie-Luce Penchard (Outre-Mer), montre que tout le monde pourra y gagner, en particulier nos compatriotes guyanais. C’est aussi une bonne nouvelle pour un savoir-faire, l’exploration pétrolière, où la France disposait de compétences reconnues mondialement. Après une période où ces talents périclitaient, nous renouons enfin avec de belles ambitions.

Que l’on garde un moment la tête froide tout de même : l’exploitation n’est pas pour demain. Il convient dans un premier temps de faire des forages complémentaires pour confirmer l’étendue de la découverte et je pense qu’il y aura d’autres découvertes, tout aussi importantes sinon plus importantes encore. Donc, si les réserves le justifient et si la qualité se confirme, l’exploitation ne pourra voir le jour avant quelques années. Je trouve toutefois étrange d’entendre déjà les écologistes parler de marée noire, avant que la première goutte ne soit sortie…

Quand elle débutera, l’exploitation de ce champ guyanais devrait à terme apporter un véritable ballon d’oxygène à la France en réduisant un peu nos importations d’hydrocarbures. A l’heure où le déficit commercial se creuse et la facture pétrolière s’alourdit, ce n’est pas un élément à prendre à la légère !

Le paradoxe, c’est que dans le même temps, le législateur a mis des freins considérables à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures de gisements non conventionnels, appelés à tort huiles et gaz de schiste, qui se trouvent dans le sous-sol métropolitain. Des réserves très importantes se situent en effet dans les bassins sédimentaires français : Sud-Est de la France, Bassin parisien, Bassin d’Aquitaine, Fossé Rhénan, sans parler de l’offshore métropolitain et de la Zone Economique Exclusive (ZEE), la deuxième au monde avec ses 11 035 000 km², qui recèle vraisemblablement des quantités incalculables de ressources non conventionnelles susceptibles, lorsque l’économie des projets le permettra, d’assurer l’indépendance énergétique de l’ensemble des territoires environnants pour plusieurs centaines, voire milliers, d’années. Mais la loi Jacob passée cet été interdit toute pratique de la fracturation hydraulique et précipite la péremption des permis de recherche.

Avant-hier encore, les sénateurs socialistes se sont exprimés contre toute tentative d’exploration. Mais au nom de quel principe ? Le principe de précaution, que les opposants aux hydrocarbures brandissent à l’envi, prévoit bel et bien des expérimentations scientifiques rigoureuses. Or ces idéologues n’en veulent même pas alors que la fonction créant l’organe, c’est en autorisant des essais techniques, contrôlés et strictement encadrés bien entendu, que l’on pourra évaluer et améliorer les méthodes d’extraction.

Entre l’enthousiasme pour la Guyane et la paralysie métropolitaine, y aurait-il deux poids, deux mesures ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s