Ne cachons pas plus longtemps la bonne du curé

La France court à la ruine… en chantant.

Il nous aurait fallu un Colbert aux Finances mais nous avons hérité d’un John Law.

Ce n’est pas la première fois de son histoire que notre pays se retrouve avec des caisses vides mais il s’en est toujours sorti : Le Plan Marshall à l’issue de la deuxième Guerre Mondiale est venu à notre secours, les compensations allemandes à la fin de la Première nous ont beaucoup aidés, les cinq millions-or des Rothchild en 1871 ont chassé l’occupant, la vente de la Louisiane avec ses BMC a épongé les dettes de Napoléon… j’arrête ici pour ne pas être accusé de vouloir plagier Prévert. Mais aujourd’hui, qui va nous tirer du pétrin ?

Lorsque j’ai écrit mon antépénultième blog, notre dette souveraine se montait à quelques 1 785 milliards d’Euros mais, si tant est que notre présent gouvernement a dépensé 20 milliards depuis sa mise en place, nous aurions dépassé aujourd’hui les 1 800 milliards ! C’est une sacré somme, pour moi qui raisonne toujours en anciens francs.

Notre facture pétrolière n’est pas étrangère à la banqueroute qui s’annonce : de 46 milliards en 2010, elle est passée à 65 milliards en 2011 et caracole allègrement vers 70 milliards cette année. Qu’attendons -nous pour développer l’usage du Vélib ? A baisser d’autorité le prix du carburant, fut-ce aussi symbolique que de quelques centimes, pour apaiser les esprits, le gouvernement avoue à demi-mots que nous ne remplaceront pas les hydrocarbures.

A moins que… à moins que nous ne nous penchions sur l’existence du gaz de schiste et de l’huile de schiste, que nous avons tenus secrets jusqu’alors comme ce bon Monsieur l’Abbé qui n’osait pas révéler sa passion pour sa bonne. Ce trésor national, que l’on a longtemps cru inexploitable, nous tend désormais les bras ! Il suffit d’explorer notre sous-sol, et au regard de l’envolée des cours du brut, le moment ne saurait être mieux choisi. En cette rentrée décidément bien agitée, nous devrions tous nous réjouir de cette bonne nouvelle.

Avec 2,5% des voix des votants aux dernières élections législatives, les écologistes ne constituent plus qu’un obstacle virtuel assez facile à surmonter. Il suffirait pour cela que Manuelo V. veuille bien siffler la fin de la partie et que l’on boute hors du gouvernement la dame qui parle vite et trop, ou trop et vite, et qu’on laisse les géologues faire leur métier, c’est-à-dire l’ inventaire des ressources de notre sous-sol.

Si Madame de Maintenant voulait bien s’atteler à la tâche en lançant quelques tweets à bon escient, et parvenait à convaincre le tenant du titre, elle mériterait tout à fait sa place de First Lady.

Après 30 ans de bons et loyaux services, le curé de ma paroisse vient de prendre sa retraite et vit enfin au grand jour une vie maritale avec celle qui a tenu…son ménage pendant son long sacerdoce. Est-ce un prélude à ce qui nous attend ?

Tout va bien qui finit bien.

Publicités

2 commentaires sur “Ne cachons pas plus longtemps la bonne du curé

  1. […] La France court à la ruine… en chantant. Il nous aurait fallu un Colbert aux Finances mais nous avons hérité d’un John Law. Ce n’est pas la première fois de son histoire que notre pays se retrouve …  […]

  2. […] La France court à la ruine… en chantant. Il nous aurait fallu un Colbert aux Finances mais nous avons hérité d’un John Law. Ce n’est pas la première fois de son histoire que notre pays se retrouve …  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s